Promotion

Consultation gratuite de 30 minutes

Planification stratégique : vous vous posez les questions suivantes ?

  • Quel impact le contexte actuel aura t’il sur mon entreprise et dans quelle mesure l’environnement en mouvance l’affectera t ‘elle ?

  • Est-ce que mon entreprise a les ressources nécessaires pour faire face à l’avenir et demeurer une valeur ajoutée à long terme ?

TRANSICIO vous offre 30 minutes de consultation pour répondre à vos questions sur la planification stratégique de votre entreprise.

Capsules

Le manager et la bienveillance

La bienveillance est une qualité indispensable pour les gestionnaires. Elle favorise l’autonomie des équipes de travail.  La reconnaissance qui est un outil précieux pour maintenir un bon climat de travail et développer des équipes performantes. Le manager bienveillant démontre un bon sens de l’écoute et de respect envers ses collaborateurs.  Il favorise le travail d’équipe dans un esprit de responsabilité collective. Il porte de l’importance aux petites attentions au quotidien et cela fait  souvent toute la différence.

Intégrer la bienveillance à sa gestion permet de créer un climat de confiance au sein des équipes de travail. Elle augmente la motivation, favorise l’initiative, crée un sentiment d’appartenance et favorise la performance au travail.

La gestion du changement

Capsule 1: Les avantages

Développer des habiletés pour gérer le changement est devenu un incontournable dans le contexte socio-économique actuel, qui nous remet constamment en question et qui nous oblige à nous ajuster plus rapidement.

Les entreprises qui apprennent à gérer le changement s’adaptent mieux à leur environnement, augmentent leur productivité et sont plus concurrentielles. Gérer le changement devient ainsi une clé de la croissance et permet d’être moins vulnérable.

Les entreprises ont parfois tendance à attendre qu’une crise éclate pour introduire des changements. Les changements deviennent alors inévitables, ce qui amène les acteurs, poussés au pied du mur, à y adhérer. Sans la crise, l’effort de persuasion à réaliser est plus grand. Les personnes touchées doivent sortir de leur zone de confort, et ce, de façon plus importante pour les gens qui le subissent, mais aussi pour les personnes qui l’instaurent.

Dans un contexte où le changement est indiqué, mais où il ne semble pas être une nécessité, la décision est plus difficile à prendre pour le gestionnaire, car il doit constamment se rappeler les objectifs des modifications et convaincre les individus réfractaires.

La gestion du changement demande qu’on s’y attarde. Les gestionnaires qui accepteront de se familiariser avec ses principes pourront mieux diriger leur entreprise et en améliorer les performances, car ils maîtriseront la situation plus rapidement.

Capsule 2: Les phases de la gestion du changement

Pour amener les personnes à penser et à agir différemment, il faut les accompagner et leur offrir le soutien nécessaire pour qu’elles puissent s’adapter. Cette adaptation passe nécessairement par 3 phases. 

Dans la première phase, on vit une période de remise en question. C’est à ce moment que les résistances apparaissent. Les rumeurs circulent, les discussions de corridors vont bon train et l’insatisfaction est souvent palpable. Pendant cette phase, les employés vivent de l’insécurité et même de l’anxiété. Il est alors essentiel de favoriser une bonne communication, notamment en rencontrant les équipes afin que tous comprennent bien les enjeux. C’est le temps d’être à l’écoute et de se faire rassurant. En somme, il faut amener les autres à parcourir le chemin qu’on a nous parcouru, toujours en tenant compte de là où ils sont rendus dans leur cheminement, pour qu’ils arrivent au même constat.

La deuxième phase correspond à une période de transition, soit celle où on se familiarise avec les nouvelles habitudes. Il arrive que l’on éprouve un sentiment d’incompétence, car il faut apprendre à faire autrement. Cela peut générer une baisse de productivité temporaire. Cette étape est un défi de mobilisation pour le gestionnaire : il faut bien encadrer et soutenir les personnes touchées par le changement pour que le plus grand nombre puisse s’ajuster à la nouvelle situation le plus rapidement possible. Il est donc important que les responsables soient présents, qu’ils soient à l’écoute et aussi qu’ils fassent preuve d’empathie.

La dernière phase est celle où l’on s’adapte à la nouvelle situation. C’est le moment d’atténuer les irritants, d’améliorer les façons de faire pour retrouver l’aisance et l’efficience. Il ne faut surtout rien tenir pour acquis et il est crucial de fournir l’accompagnement requis pour que les individus retrouvent l’aisance et pour que l’entreprise regagne sa pleine fonctionnalité.

Pour en savoir davantage, suivez les prochaines capsules…

  • Les résistances au changement

  • Les stades du changement et les comportements qui y sont reliés

  • Comment favoriser les comportements positifs

  • Les étapes d’implantation du changement

Besoin d’information ?